SpaceG-2.jpg

BOOM BOOM

BOOM BOOM   FEAT   OLIVIER  ARASTE

Clément Janinet : Violons

Clément Petit : Violoncelle

Benjamin flament: Percussions

Adrian' Bourget: Mise en Son

À priori, pas de rapport évident entre des Galvachers du Morvan et des Djéli, griot du pays Mandingue. D’un côté, des charretiers itinérants et ouvriers agricoles bourguignons. De l’autre, des griots et bardes dépositaires des traditions orales d’Afrique de l’Ouest.

 

Le point de rencontre est de taille et n’est autre que la transe. Cette même transe qui fait tourner la vielle jusqu’à ce que les esprits vacillent, et qui fait résonner les tambours jusqu’à désarticuler les corps. Cette même transe qui fait sonner les violons Morvandiaux comme les ritis, violons peuls.

 

À travers ce voyage intemporel, aux confins de l'improvisation, les cordes de Space Galvachers se trouvent des airs de musique répétitive et génèrent sans fin des séquences, portés par des rythmes artisanaux, comme s’ils cherchaient à délivrer un message à l’autre bout de l’univers.

 

Viens on va s'enjailler !

Chronique de concert (Tribu Festival)

"Elle vient de loin, elle vient du blues, la musique des Space Galvachers. Du blues, oui. Ou de l’une de ses anciennes formes, brutes et dansantes, tirées des terres d’Afrique ou de celles des Antilles. Sur d’autres scènes, Shabaka Hutchings fait planer ses Ancestors sur un deep jazz communautaire, ici les Ancêtres ont le boule à facettes. Lames de fond Boom Boom sur litanies Sbam Glam. Les Space Galvachers (prononcer gailvaicheurz) savent les jonctions du cosmos et de la danse sur terre. Chassé-croisé psyché. Ici, la jonction se fait sur un parvis découvert, celui de la Péniche Cancale, zébré par les pédales d’effets, cadencé avec une sincérité nette. Tout est pesé, assemblé avec l’amour des choses bien faites et propulsé avec des sourires franco de port. Les Space cowboys dégoupillent sans préliminaires. Mandoline électrifiée, gongs à l’étouffée, zébrures synthétiques eighties. C’est rugueux, fin et drôlement bon. Dans cette transe sursaturée, fabriquée à la main, il y a les longs sanglots des violons d’automne et une furieuse envie que l’été indien ne se barre pas trop vite"     Guillaume Malvoisin

Logo_Drac_IDF.jpg
SPEDIDAM-LOGO-2017.png